top of page
Rechercher

Établir une bonne Connexion

Salut à tous, je me suis dit qu’il était temps pour moi de faire un petit arrêt pour placoter. La dernière fois qu’on s’est parlé, j’ai partagé avec vous ma croyance la plus profonde, à propos de l’Énergie de Création qui nous traverse chaque minute de chaque jour. Sauf que j’ai parlé de ça, puis je suis parti. L’été est depuis passé comme une brise chaude de juillet et c’est le temps d’y revenir.

Aujourd’hui, je veux vous parler du pourquoi que ma prochaine série de livres, temporairement titré « Les Contes de la Chambre des Fables », prends plus de temps que prévu à sortir. Dans un monde idéal., je serais ici pour vous parler de la première partie de la trilogie, mais je me suis retrouver à douter fortement de ce que j’avais d’écrit. Je trouvais que ma création ne collait pas du tout avec le flow d’Énergie qui m’habite. Si on me le demandait, je n’aurais pas pu donner une seule raison claire, tout ce que je savais est que le livre n’avait pas le bon ton. Ceci voulait dire que je devais lâcher le projet et chercher l’essence de ma pensée pour produire un livre dont je pourrais être fier.

J’ai donc laissé le livre de côté et suis parti à la recherche de concours d’écriture – ils sont souvent une bonne façon pour moi d’explorer des nouvelles idées ou débloquer ma pensée – et lorsque je me suis assis pour écrire une nouvelle pour un concours, j’ai réalisé que j’avais changé mes habitudes durant l’écriture de Contes de la Chambre des Fables. En temps normal, quand je m’assois pour écrire, j’allume le traitement de texte puis je tourne mon regard vers le clavier de l’ordinateur pour au moins 5 minutes. Je laisse ma pensée se balader librement en laissant les lettre du clavier danser devant mes yeux. Quand je fais ça, l’Énergie de Création se montre à moi avec clarté et je peux écrire sachant que je suis « connecté ».

Je n’ai pas fait cela durant l’écriture du livre un de la trilogie, et maintenant je sais pourquoi je ne pouvais accepté le manuscrit comme étant fini et prêt pour la phase d’édition.

Le premier livre a été écrit avec un sentiment d’urgence qui m’assaillait à tout instant. Chaque page, chaque phrase fut un combat. J’avais (et j’ai encore) un plan, les personnages avait (et ont encore) une histoire personnelle, je connaissais le fin de chaque épisode (et je le sais encore). Le problème réside dans le fait que sans mon petit rituel de fixer le clavier du regard, je n’ai jamais établi de connexion réelle avec le Cosmos, ce qui a produit une histoire qui patauge d’un point tournant à l’autre. Je suis fan de livres qui remplissent l’espace avec du contenu philosophique, scientifique, ou du commentaire social. Pour moi, la seule façon d’atteindre ce but est de prendre le temps d’établir la connection avant de commencer à écrire.

Je voulais partagé ce petit secret avec vous, car quand j’en parle, je me sens obligé de donner suite. J’en ai parlé, je l’ai écrit, je suis aussi bien d’honorer ma parole. En plus, pour ceux qui écrivent un livre, un blog, ou n’importe quoi d’autre, peut-être que mon petit truc vous aidera à vaincre une page blanche ou créer plus de flow quand vous écrivez. Alors, dans l’ordre :

1. Ouvrir le traitement de texte

2. Baisser le regard et fixer votre clavier pour au moins 5 minutes.

3. Laisser divaguer vos pensée, n’en laissez pas une dominer.

4. Une fois votre esprit aérer, vous saurez quoi écrire.

C’est tout pour le moment, et comme vous savez, je ne fais pas de promesse quand à mon retour, mais je reviendrai 😊

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les piliers et les Buts.

Édulcorée, fade, envahissante. Les trois piliers de la vie moderne. Vibrant, extraordinaire, libre. Les trois buts de l’humain moderne. Accusateur, violent, amoral. Les trois piliers de la politique m

Comments


bottom of page